Réflexion #3

L’agilité au service des entreprises innovantes

Les entreprises agissent aujourd'hui dans un contexte d’évolution majeur caractérisé par trois tendances : la mondialisation, la digitalisation des économies et le positionnement des clients/consom’acteurs au coeur des stratégies (“customer centric”). Avec pour conséquence, la nécessité pour les entreprises de s’adapter, d’innover, rapidement, tout le temps, pour répondre aux attentes de leur clients, les fidéliser et devancer la concurrence.

Pourquoi les méthodes agiles se sont-elles développées?

Pour réussir, certaines entreprises expérimentent d’autres formes d’organisation et des méthodes de travail novatrices qui leur permettent d’être plus réactives et performantes. Parmi elles, l’agilité dépasse aujourd’hui le secteur du logiciel et se développe dans d’autres domaines pour fluidifier la gestion des projets et faire émerger l’intelligence collective.

Vous le savez sûrement, la gestion des projets dite traditionnelle s’appuie sur l'établissement d’un cahier de charges défini en amont avec le client. Ce contrat bien détaillé va rythmer tout le développement du projet.

L’avantage c’est qu’il pose un cadre clair permettant aux parties concernées de s’y retrouver. Une fois le cahier des charges établit, on lance le développement et, en schématisant un peu, on retrouve le client une fois le projet finalisé, éventuellement après quelques processus de validation intermédiaires.

Le désavantage est que dans certains projets, notamment digitaux, on ne peut pas tout prévoir à l’avance. Des allers-retours entre client et fournisseur sont nécessaires pour réussir le projet et optimiser les adaptations éventuelles. Parfois, c’est une implication forte du client tout au long du développement du projet qui est requise. Avec pour risque de se retrouver dans une situation dans laquelle soit l’application développée ne répond pas complètement au besoin initial imaginé par le client et où les coûts ou les délais de livraison n’ont pas été respectés.

Pour éviter ou réduire ces aléas, les méthodes agiles ont émergé dans la deuxième moitié des années 1980.

L’agilité fait son manifeste

On vient de le dire, les méthodes agiles cherchent à fluidifier la gestion des projets. Elles s'appuient sur un document de référence appelé le Manifeste agile (2001) qui résume les valeurs et les principes clés qui les caractérisent.

Les valeurs clés qui fondent l’agilité

Les valeurs prônées par les méthodes agiles sont au nombre de quatre :
1. l’importance de l’équipe, des individus et de leurs interactions;
2. la réalisation des applications fonctionnelles qui apportent de la valeur;
3. la collaboration avec le client dans une dynamique de transparence et de confiance;
4. l’adaptation au changement comme moyen d’amélioration permanent.

L’objectif final est la satisfaction du client.

Ces valeurs sont comparées avec d’autres éléments provenant de la gestion de projets dite traditionnelle. L’équipe et les interactions sont mises en parallèle avec les procédures et les outils, les applications fonctionnelles avec la réalisation d’une documentation fournie, la collaboration avec la négociation des contrats et, enfin, l’adaptation avec le suivi d’un plan donné. Sans les opposer, les signataires du Manifeste proclament simplement une plus grande importance des premières par rapport aux deuxièmes, ce qui n'enlève en rien à la valeur des dernières.

Il s’agit de privilégier le collectif, l’écoute, l’adaptation, l’amélioration et la réalisation des livrables fonctionnels sur les processus, les cahiers de charges et les plans définis à l’avance. Et tout cela afin de répondre au mieux aux attentes du client.

L'agilité fluidifie la gestion des projets et fait émerger l’intelligence collective.

Douze principes sous-jacents

Mais attention, il s’agit bien de comprendre l’esprit de l’agilité et d’adapter ses valeurs à la bonne réussite du projet. Il ne s’agit pas, en aucun cas, de s’y enfermer et de croire ce Manifeste gravé dans le marbre, au risque d’en refaire un cahier de charges bis!

Pour cela, les douze principes de l’agilité définis dans le Manifeste permettent de contextualiser et mieux appréhender les bonnes pratiques de cette dynamique. Voici ce qu’ils prônent.

Autour de la valeur “équipe”, il s’agit de mettre les collaborateurs au coeur du projet. De choisir des équipes motivées et polyvalentes. De leur procurer un environnement de travail adapté et de leur faire confiance quant à leur capacité à atteindre les objectifs. En ce sens, l’auto-organisation des équipes est encouragée. Les échanges entre développeurs et utilisateurs aussi.

Des fonctionnalités à grande valeur ajoutée doivent être proposées régulièrement au client. Les cycles de production courts sont donc privilégiés ce qui permet d’avancer sûrement sur le projet, main dans la main avec le client, mais aussi de mesurer son avancement.

L'agilité pour fluidifier les projets.

La recherche de la simplicité (on évite les développements inutiles), l’excellence technique et un design adapté sont essentiels et renforcent l’agilité. Enfin, la culture du changement et de l’adaptation est très forte au sein des dynamiques agiles. Elle permet d'améliorer le produit et de faire en sorte qu’il correspond aux attentes du client mais aussi d'améliorer le fonctionnement et les compétences de l’équipe.

Pour appréhender comment les méthodes agiles peuvent être implémentées concrètement, découvrez dans ce livre blanc le retour d'expériences des quelques entreprises agiles comme Blablacar, OVH et Michel et Augustin.

Si vous avez des questions sur l’agilité, contactez-nous, nous sommes à votre disposition pour vous accompagner dans votre démarche agile.


Vous êtes une entreprise ou un collaborateur collaboratif ? Partagez votre expérience avec nous.